Close

Bienvenue à Universe

Intime et très net

Intime et très net

Intime et très net

Après un calendrier chargé qui m’a empêché de photographier le fleurissement des coquelicots maigres et touchés par la sécheresse en 2015, j’ai été impatient de prendre mes premières photos des coquelicots avec un appareil sans miroir de Sony. C’est une tradition pour moi de voyager au printemps, cela me permet de passer de la période des photographies du paysage monochrome d’hiver aux couleurs vives du printemps. Au cours des dernières semaines, je me suis aventuré dans les contreforts en compagnie de mon appareil α7R II de Sony que j’ai testé en prenant certaines photos intéressantes des coquelicots.  

Puisque je suis passé du mode Live-View pour la photographie rapprochée il y a quelques années, j’ai été surpris de voir à quel point l’appareil sans miroir était meilleur que la prise de vue en mode Live-View pour photographier des sujets proches.

Untitled

Macro ou gros plan. L’objectif que j’utilise

Certaines conceptions erronées sont associées à la macrophotographie. Principalement, les photographies rapprochées ne sont pas toutes des macros; inversement, les photos macro ne sont pas toutes rapprochées. Techniquement parlant, la macro est définie comme étant un rendu avec un ratio de grossissement 1:1 du sujet figurant sur le plan de l’image (le capteur). Une véritable macrophotographie nécessite un objectif fabriqué selon des caractéristiques rigoureuses, car il doit réaliser un agrandissement parfait à 1:1.

Lorsqu’on évoque la photographie rapprochée, on fait habituellement référence à une distance d’un pied environ du sujet (il n’y a pas de définition absolue). J’utilise habituellement tous les objectifs qui se trouvent dans mon sac pour faire des photos rapprochées, avec ou sans tubes-allonges, mais pas nécessairement lorsque l’objet macro a un ratio de grossissement de 1:1 ou plus.

Toutes les photos dans le présent article ont été prises avec l’objectif OSS G Macro FE 90 mm F2.8. Pour faire un véritable travail macro, le 90 offre une netteté exceptionnelle sur toute la vue. C’est l’un des meilleurs objectifs jamais fabriqués.

Untitled

Untitled

Technique de mise au point rapprochée

Lorsque je prends de photos avec une mise au point rapprochée, mon objectif est d’avoir une plage de netteté mince comme du papier pour rendre flou tout sauf l’aspect le plus essentiel de ma scène. Avec cette approche, je peux mettre en évidence mon sujet, faire disparaître les distractions et créer un arrière-plan de couleur et de forme complémentaire.

En utilisant la lumière naturelle, je commence par identifier une ou plusieurs fleurs que je peux isoler de l’environnement (je le fais aussi pour les couleurs d’automne). Trouver le bon arrière-plan est aussi essentiel que trouver le bon sujet – sans l’harmonie entre mon sujet et l’arrière-plan, l’image sera sans aucun doute un échec. Quel est le bon arrière-plan? Autres fleurs, eau pétillante, un coloris foncé (que je peux transformer en vert foncé ou en noir) – il suffit de recourir à son imagination et à son expérience.

Du fait que je désire une profondeur de champ minimale, je choisis habituellement mon objectif en fonction de la distance entre l’arrière-plan et le sujet – il y a une corrélation inverse entre la distance focale et la profondeur du champ. Donc, plus l’arrière-plan est éloigné, plus longue est la distance focale choisie. Si je veux une mise au point plus rapprochée que ne le permet l’objectif pour réduire davantage la profondeur du champ, alors j’ajoute un ou plusieurs tubes-allonges. Et je commence généralement avec un diaphragme grand ouvert.

Après avoir défini le sujet, l’arrière-plan, l’objectif et le diamètre d’ouverture de mon diaphragme, je pose mon trépied aussi proche que le sujet pour que je puisse faire la mise au point et travailler. Dans le monde de la photographie rapprochée, on voit la scène complètement différente avec l’appareil photo qu’avec l’œil nu, et même plus différente que la plupart des autres types de photographie. Donc, habituellement je n’identifie ma composition finale, ma distance focale et le diamètre d’ouverture de mon diaphragme qu’après avoir travaillé la scène pendant un moment.

Untitled

 

L’avantage de l’objectif sans miroir

Étant donné que je fais habituellement des prises de vue avec une ouverture trop importante (ou qui s’en approche), je dois régler avec une grande précision le point focal. Dans la plupart des scènes rapprochées, il est impossible d’obtenir une netteté complète du sujet; donc, j’essaie de déterminer l’aspect le plus fascinant de mon sujet et j’ajuste le point focal en conséquence.

Avec l’arrivée du mode Live-View, j’ai cessé d’utiliser le viseur DSLR pour une mise au point importante. Sur mon écran ACL DSLR, je choisissais le point focal et je l’agrandissais au maximum tant que l’appareil photo le permet; ensuite, je faisais la mise au point (parfois manuellement, parfois à l’aide de la mise au point automatique).

La sélection et l’agrandissement du point focal sur l’écran ACL DSLR représentent une véritable avancée qui m’a permis d’accroître mon taux de succès dans les mises au point rapprochées. Cependant, dans des conditions de fort éclairage ambiant, les écrans ACL ont une apparence « délavée »; donc on a du mal à les utiliser aussi bien pour la mise au point que pour la visualisation de l’image lorsqu’on veut vérifier la composition et la netteté.

Ainsi, je considère déjà mon viseur électronique comme un grand avantage pour ma photographie rapprochée. En regardant le viseur électronique de l’α7R II, j’obtiens toutes les fonctionnalités Sélectionner/Agrandir/Mise au point que j’avais sur l’écran ACL DSLR, et ce, en plus du Focus Peaking et l’affichage d’avertissement. En outre, je peux faire des prises de vue sans miroir – le tout dans un affichage qui est complètement à l’abri de la lumière du soleil. J’apprécie aussi l’écran ACL articulé de l’α7R II qui me permet de composer sans crispation dans les positions auparavant impossibles que la photographie des sujets au sol exige.

Untitled

Mais attentez, ce n’est pas tout.

Bien que j’apprécie la facilité relative de la composition et de la mise au point sans miroir, le véritable élément qui a changé la donne était la performance de l’ISO élevé de l’a7R II. Le premier après-midi où je suis sorti photographier les coquelicots, il y avait une légère brise qui faisait osciller mes sujets – parfois beaucoup, mais parfois juste assez pour m’inquiéter. Lorsque j’utilisais un type d’agrandissement, je devais figer même le moindre mouvement.

En commençant par l’ISO 800, un réglage que mon appareil a7R II pouvait supporter sans difficulté, j’ai réussi à prendre des photos pendant un certain temps. Cependant, lorsque le soleil se couchait derrière les collines et les nuages commençaient à apparaître, j’avais aussitôt besoin de plus de lumière. Mon diaphragme grand ouvert était un composant crucial et en raison de la brise, la vitesse de l’obturateur était non négociable; ainsi, je n’avais que l’ISO comme seul moyen d’ajouter de la lumière. Chaque fois que j’augmentais mon ISO, je retenais mon souffle tout en espérant que cette fois-ci j’ai dépassé le seuil du bruit. Mais, à mesure que le ciel s’assombrissait et une pluie fine commençait à tomber, j’ai continué à pousser l’ISO jusqu’à 6400.

Untitled

Au retour à la maison, j’examinais les résultats de plus près sur mon écran. À l’ISO 800, les photos étaient à peu près aussi nettes que celles que j’avais l’habitude de prendre à un ISO 100 ou 200 avec mes DSLR. Alors que j’avais manifestement beaucoup plus de bruit à 6400 qu’à 800, le bruit était tout de même assez raisonnable. Même à des ISO plus élevés, les photos macro prises avec l’a7R II étaient du moins aussi nettes, et même plus nettes, que celles que j’avais l’habitude de prendre avec mes DSLR.

Après avoir fait des séances de photos, j’ai l’impression que je n’ai fait qu’effleurer la surface avec la photographie rapprochée et mon appareil a7R II de Sony. Les fleurs sauvages continueront de pousser sur les collines pour quelques mois encore et je ne manquerai pas de profiter de chaque occasion. Et je ne peux pas attendre la saison des couleurs de l’automne.

Source: Cliquez ici pour de plus amples renseignements et pour savoir où acheter des objectifs α
Produits en vedette dans cet article
By