Close

Bienvenue à Universe

Transformer vos rêves en réalité

Transformer vos rêves en réalité

Transformer vos rêves en réalité

« Il n’y a rien d’original. Volez partout ce qui résonne avec votre inspiration ou alimente votre imagination. Dévorer les films anciens et nouveaux, la musique, les livres, les peintures, les photographies, les poèmes, les rêves, les conversations aléatoires, l’architecture, les ponts, les panneaux de signalisation, les arbres, les nuages, les plans d’eau, la lumière et les ombres. Sélectionnez uniquement les choses à voler qui parlent directement à votre âme. Si vous utilisez cette approche, votre travail (et votre vol) sera authentique. L’authenticité est inestimable; l’originalité est inexistante. Et ne vous embêtez pas à dissimuler votre vol, célébrez-le si vous en avez envie. En tout état de cause, rappelez-vous toujours ce qu’a dit Jean-Luc Godard : « Ce n’est pas d’où vous prenez les choses qui est important, mais jusqu’où vous les emmenez ».

― Jim Jarmusch [MovieMaker Magazine nº 53] 

Ariana Sophia Emnace (J’ADORE ce nom!) est une danseuse, mannequin et actrice au grand talent et de grande beauté que j’ai rencontrée pendant le tournage d’un projet commercial à Malibu l’an dernier. J’espérais l’utiliser pour une séance photo pour mon travail personnel et quand je me suis aperçu que j’allais travailler à Los Angeles lors d’une tempête rare, j’ai immédiatement vérifié si elle était disponible. J’ai toujours eu de la maladresse à essayer d’expliquer à une danseuse la vision que j’ai en tête, mais elle m’a répondu « oui » avec enthousiasme quand je lui ai dit que je voulais la photographier dansant dans les vagues pendant une tempête, enveloppée dans une feuille de plastique. Il s’avère que danser sous la pluie était l’un de ses rêves!

J’ai commencé cet article de blogue avec une citation de Jim Jarmusch, car il décrit le mieux d’où le concept de ce cliché est venu. Il ne m’est pas simplement apparu créativement dans la tête. Il est né d’une tempête de pensées, d’expériences et d’inspirations qui me sont tournées dans la tête. L’idée de la feuille de plastique flottant dans les airs et enroulée autour d’Ariana m’est venue d’un photographe des beaux-arts qui fait des images à longue exposition en noir et blanc de feuilles de plastique qui claquent au vent. Les résultats sont hypnotiques. Je ne peux pas me rappeler où j’ai vu le travail, mais j’afficherai un lien dès que cela me revient à l’esprit. J’ai déjà utilisé une gamme de pièces de tissu de la même façon que la feuille de plastique dans ce cliché avec les danseuses Nikki White, Isha Lloyd et Lauryn Winterhalder. Pour cette photo, j’ai essayé de créer une ambiance plus intense et sombre parce que je sentais que l’ensemble de mon œuvre personnelle avait besoin de se tourner un peu dans cette direction. La vie ne se limite pas aux couchers de soleil et aux arcs-en-ciel. C’est la façon dont nous répondons aux moments les plus sombres que nous éprouvons qui fait que souvent nous nous sentons plus humains. Il est également indéniable que l’une de mes photos préférées de Stefan Calka a influencé considérablement cette image. Enfin, il s’agit de l’emplacement presque exact où j’ai photographié Nikki Blanc il y a une couple d’années. Donc, comme vous pouvez le voir, cette photo est le résultat du travail passé et de l’expression artistique d’Ariana.

Je suis arrivé à Zuma Beach à Malibu 45 minutes avant le moment où je devais rencontrer Ariana afin de vérifier les conditions et de trouver le meilleur endroit pour photographier. Je suis monté près de la pointe à la fin de la plage de la crique des Pirates. Souvent, cette crique est pleine d’activité, mais ce soir, nous l’avions toute à nous seuls (un autre avantage de la prise de vue sous la pluie). Quand je suis retourné à la voiture, j’ai été agréablement surpris de trouver Ariana, qui était arrivée tôt. Alors que nous préparions notre équipement, la pluie a commencé à tomber à verse. Nous avons fait une randonnée sur la plage et sur la pointe rocheuse de la crique des Pirates. J’ai noté que la marée montait et j’étais nerveux à l’idée d’être pris au piège dans la petite crique. J’ai vite trouvé un ravin d’évasion où nous pourrions monter si la marée devenait un problème. J’ai pris un rouleau de feuille de plastique de 122 m (400 pi) que j’avais apporté et j’en ai coupé une pièce de 12 m (40 pi). Alors que nous commencions à la déplier, le vent l’a gonflé comme une voile et l’a déchiré des mains d’Ariana. Elle s’est dirigée directement vers mon appareil photo et mon trépied. J’ai essayé de courir vers l’arrière en tirant sur mon bout dans l’espoir de la retirer nettement de mon équipement. Je me suis fracassé en courant en plein dans un rocher et je suis tombé sur mon cul, alors que mon couteau de poche s’est envolé. En tombant, j’ai lâché mon bout de la feuille de plastique et cette dernière s’est enroulée complètement autour de mon appareil photo et mon trépied. Ariana a rapidement attrapé le trépied pour le fixer et quand nous avons tous deux réalisé que nous n’étions pas blessés (sauf mon ego), nous nous sommes mis à rire. Nous avons enveloppé Ariana dans la feuille de plastique en faisant une veste ou une robe de pluie de fortune et puis nous avons attendu que la pluie se calme un peu. Nous avons attendu longtemps, vraiment très longtemps.

Untitled

Juste avant la nuit, la pluie s’est calmée, nous avons décidé que si nous ne photographions pas maintenant, nous n’aurions pas l’occasion de le faire plus tard. J’ai planté mon trépied massif profondément dans le sable et le surf pour stabiliser mon appareil photo A7R de Sony avec un objectif Voigtlander 21 mm. Je faisais de mon mieux pour éloigner les gouttes de pluie de l’objectif, mais j’ai été forcé de les essuyer fréquemment.

Untitled

Le vent faisait des ravages avec le plastique enroulé autour d’Ariana. Nous avons pris plus de 100 images, chacune était radicalement différente de la précédente. À chaque tranche de 30 photos que je prenais d’Ariana, je lui ai demandé de prendre du recul et j’ai changé l’exposition avec une vitesse d’obturation plus lente (environ 1 seconde) pour capturer quelques images d’eau soyeuse. L’un de ces cadres est devenu le nouveau contexte de la prise de vue que j’ai choisie d’Ariana. Nous avons expérimenté avec la façon dont le plastique s’enveloppait autour d’elle, elle a essayé une gamme de poses et d’angles, je me suis battu pour maintenir le fonctionnement de mon équipement et réussir à capturer le moment. À un moment donné, une vague a saisi la feuille de plastique enroulé autour d’Ariana et l’a presque tirée vers la mer.

Untitled 

Alors que la pluie commençait à s’intensifier et que la noirceur arrivait, notre amie Nikki White est venue grimper sur la pointe rocheuse pour voir si nous avions besoin d’aide. Sentant que nous avions capturé quelques excellentes images, nous avons demandé à Nikki de nous aider à ramasser tout notre équipement et de faire une randonnée détrempée jusqu’à nos véhicules.

Untitled

Quand je suis rentré à l’auberge où je restais, je me suis changé pour porter des vêtements secs, j’ai fait sécher tous mes appareils photo et objectifs trempés, j’ai pris une bière et j’ai passé quelques heures à trier toutes les images. Il y a peu d’émotions qui sont meilleures que de voir vos rêves se transformer en réalité.

Note de l’artiste : Après avoir répondu à tant de questions lors des vernissages et dans les forums en ligne au sujet de cette série de photographies, je dois prendre un moment pour expliquer la façon dont elles ont été créées. Je n’ai jamais pris et je ne prendrai jamais de photos d’un danseur d’un emplacement (qu’il s’agisse d’un studio ou d’ailleurs) pour la coller avec Photoshop dans le paysage de l’œuvre finale. (Cela vaut pour ma série de travaux personnels. On m’a demandé de produire des illustrations photographiques pour un usage commercial avec des danseurs dans des milieux exotiques, comme s’ils étaient la proie des flammes, suspendus à un hélicoptère, ou en train de sauter d’une tour). Les danseurs que vous voyez dans ma série de travaux personnels dansaient réellement dans ces paysages. Parfois, il faut voyager pendant plusieurs jours et faire de la randonnée dans la Sierra. Parfois, les danseurs doivent danser dans les tempêtes de grêle ou de neige et maintenir des poses pendant 90 secondes au milieu de la nuit sous la Voie lactée. Si vous avez du mal à le croire (ce qui est tout à fait compréhensible), il suffit de le demander aux danseurs qui sont présentés dans ces photos. Je n’ai aucun intérêt à fabriquer une série de photos qui représentent ma passion et mon expression personnelles pour la photographie en restant assis devant mon ordinateur.

Cela étant dit, il y a des clichés dans cette série qui utilisent des techniques qui mélangent un cadre d’arrière-plan à longue exposition avec le cadre à courte exposition du danseur. Comme dans cette photo, j’ai utilisé une seconde exposition de l’océan avec une exposition de 1/250e d’une seconde d’Ariana qui pose dans le surf. Personnellement, je n’ai pas plus de souci à utiliser des techniques comme celle-ci que j’en ai à faire la conversion d’un paysage coloré en photo noir et blanc. Pour moi, ce qui est important, c’est l’authenticité de l’expérience. Ariana a effectivement fait cette pose dans les vagues le long des rives de la crique des Pirates, dans une tempête misérable, au coucher du soleil.

Untitled

Untitled

Source: Keith Sutter Photography
By