Close

Bienvenue à Universe

Les fichiers PRO : Avantages et inconvénients du tatouage numérique

Les fichiers PRO : Avantages et inconvénients du tatouage numérique

Les fichiers PRO : Avantages et inconvénients du tatouage numérique

Certains photographes ne jurent que par cette technologie. D'autres préféreraient mourir plutôt qu'en faire. On parle ici du tatouage numérique, une technologie servant à marquer de façon permanente une image avec une marque reconnaissable : Un avis de droits d'auteur, un logo ou tout autre message, dans l'espoir de prévenir le non-respect des droits d'auteur et de s'assurer que la propriété demeure directement liée au photographe. Voici un aperçu des principaux facteurs à tenir compte pour déterminer s'il faut tatouer vos photos numériquement avant de les publier sur Internet.

OUI AU TATOUAGE NUMÉRIQUE!

C'est comme un système antivol

Beaucoup de photographes tatouent numériquement leurs photographies dans l'espoir que cela repoussera les contrebandiers potentiels de partager ou de les revendre comme étant leurs propres images. Cependant, d'autres personnes croient que, du moins dans certains cas, que le tatouage numérique empêche le partage de vos photos sur les réseaux sociaux, ce qui vous évite de profiter d'une publicité gratuite. D'autres personnes, estiment que mettre un terme au partage social pourrait s'avérer mauvais pour les affaires. Un tatouage numérique subtil peut littéralement servir de rappel final à la personne qui est le propriétaire de l'image, tandis qu'un gros tatouage en plein milieu peut rendre les photos complètement inutilisables. C'est la raison pour laquelle les agences photographiques marquent leurs images de cette façon.

Un photographe possédant une immense banque de photographies m'a dit qu'il avait résisté à tatouer ses photos numériquement pendant de nombreuses années, mais depuis que les gens les utilisent de façon incontrôlable, il a cédé et opté pour une marque typographique modeste dans un coin du cadre. Il m'a dit qu'au minimum, cela rappellerait aux internautes les plus naïfs que l'image appartient à quelqu'un d'autre. « Le fait demeure que beaucoup de gens pensent que les images n'appartiennent à personne, sauf si elles peuvent apercevoir la marque d'identification du propriétaire. »

C'est une preuve juridique

Si vous tatouez vos photos et que quelqu'un ignore délibérément vos droits d'auteur en republiant la photo sans votre autorisation, vous êtes en droit de lui envoyer une lettre de mise en demeure, une facture, ou vous pouvez aussi intenter des poursuites en justice. Si vous vous retrouvez devant un tribunal avec un contrevenant, et si votre tatouage a été modifié, tout mandataire en propriété intellectuelle digne de ce nom pourra l'utiliser comme preuve de vos intentions. Même si vous ne vous n'allez pas jusqu'au tribunal, la seule connaissance de sa présence pourrait être suffisante pour dissuader un contrevenant d'accepter un entente. Prouver un but malveillant devant un tribunal excède les dommages et intérêts qu'un juge peut normalement accorder, sauf si l'image a été enregistrée préalablement au Bureau américain des droits d'auteur. Et cela peut faire une grande différence, du genre compensation à quatre chiffres qui vous permettraient de payer les études universitaires de vos enfants.

C'est un outil de promotion de votre travail

Les tatouages numériques spécifient clairement l'auteur de la photographie - ce qui est utile lorsqu'un client potentiel veut savoir qui a pris la photo en question. Bien sûr, il existe de nombreuses autres façons de savoir qui a pris une image, mais dans notre monde de photos orphelines qui ont été prises dans des pays éloignés, la facilité d'ajouter le nom de l'auteur directement sur une image est difficile à battre. C'est pourquoi le photojournaliste pigiste Daniel Shular a commencé à tatouer ses photographies.

Shular a passé les dernières années à photographier des manifestations publiques partout aux USA - de Ferguson à la campagne présidentielle de 2016 en passant par les événements récents de Charlottesville, et autres. Ses images étant si dignes d'intérêt, elles se propagent rapidement, loin et très loin, pour le meilleur ou pour le pire.

« Je tatoue numériquement mes photos maintenant, mais je ne l'ai pas fait pendant de nombreuses années, parce que je croyais que mon image en souffrirait. » J'ai commencé à le faire l'année dernière après qu'un nombre plus élevé de mes photos avaient été utilisées sans mon autorisation. Mais ça n'a eu que très peu d'effet sur le nombre de photos volées. Quelques fois, elles servent à mettre en place l'image, avant que certains sites coupent littéralement la marque tatouée. J'espère qu'au minimum quelques personnes pourront voir d'où viennent les photos, et ainsi avoir une meilleure idée de ce qui s'est réellement passé. Avec mon téléphone intelligent, j'utilise maintenant une application appelée « Taggly » qui tatoue mes photos et vidéos utilisés sur les médias sociaux, car un grand nombre de mes gazouillis (en anglais : tweets) se retrouvent dans les articles. »

Elles servent de guide à vos clients

Ce type de tatouage est moins controversé car son but principal est d'aider le client. Ces tatouages peuvent fournir des informations pour l'approbation par exemple, ou des informations dans un fichier d'image en couches. Le plus souvent, les tatouages sont de type « FPO : Pour positionnement seulement (en anglais : For Position Only) », ce qui indique aux clients que les images qu'ils regardent ne sont pas en haute résolution, donc qu'elles ne peuvent être publiées telles quelles. Parce que les photographes pigistes fournissent souvent des photos en basse résolution de leur séance photo pour que le client puisse choisir les images qu'il souhaite utiliser, plusieurs photographes pourraient vous raconter leurs aventures avec des clients qui ne comprennent pas que la différence entre basse et haut résolution et qui décident de les publier telles-quelles. Au lieu de cela, un tatou tel que « FPO » ou « Proof » peut aider ces clients à réaliser que ces images ne sont pas encore prêtes à être publiées - soit parce qu'elles sont en basse résolution, soit tout simplement inachevées. Cela profite non seulement au photographe en protégeant ses travaux non terminés d'être publiés, mais également aux clients en s'assurant qu'ils reçoivent les fichiers d'image en haute qualité pour lesquels ils paient.

NON AU TATOUAGE NUMÉRIQUE!

Ils ne sont pas beaux à voir

Certains photographes, tout naturellement, croient que tout graphique ou texte sous une image diminue sa beauté. Si ce n'était de cela, tous les photographes tatoueraient numériquement leurs photos. Mais si vous croyez que la beauté d'une image s'en ressent, et qu'il rebute tout client potentiel ou acheteur d'art qui se penche sur votre travail, le tatouage en vaut-il la peine ? Une solution de certains photographes est d'inscrire un petit texte limité dans un coin de la photo. Il ne masquera pas l'intégrité de l'image, tout en offrant les autres avantages du tatouage. En général, ce problème se résout en embauchant un spécialiste concepteur, qui vous aidera à créer votre propre logo, ainsi qu'une image de marque que vous apposerez en toute tranquillité sur vos photographies. Ou vous pouvez utiliser un service appelé Photologo, qui pour 39,99 $, créera votre propre tatouage personnalisé de style signature en aussi peu que 24 heures.

Ils limitent la distribution

Comme mentionné plus tôt, un tatouage numérique empêche les images d'être partagées sans autorisation. Que ce soit là le but principal ou une conséquence malheureuse, c'est une décision du photographe. Pour les photographes bénéficiant d'un grand média sociaux suite à l'ajout de tatouage numérique - en particulier si ce tatouage plutôt volumineux et a tendance à obstruer l'image - il est certainement mieux de limiter son utilisation.

Le photographe commercial Dani Diamond, par exemple, dit qu'il a tatoué numériquement ses images avant même de développer son style visuel, et qu'il espère être si reconnu que les tatouages ne seront plus nécessaires. En fait, puisqu'ils limitent la distribution de ses photos, ils limitent aussi ses opportunités d'être repéré par des clients potentiels.

« Vous vous ferez voler des images quand même. Je préfère dépenses mon énergie à trouver de bons clients qui paient bien plutôt que de me soucier d'une image qui est publiée sur Instagram sans m'en donner le crédit. Si une entreprise vole du contenu et que vous avez les reins assez solides pour engager un avocat pour les poursuivre, alors faites-le. Et ce sera bon pour vous : vous ferez autant d'argent que vous n'auriez peut-être pas si vous aviez un tatouage. D'ailleurs, il faut dire qu'ils ne l'auraient jamais volé pour commencer... »

Ils provoquent de la culpabilité par association

Comme il y a tellement de gens qui pensent que les images en ligne sont libres de droits d'auteur, vous ne saurez jamais quand une de vos photos apparaîtra soudainement, brandissant bien en évidence votre nom ou votre logo. Si votre photo apparaît sur un site Web douteux, votre travail sera directement associé au reste du contenu affiché sur le site.

« C'est frustrant. Même quand on me donne le crédit ou que mon tatouage est laissé sur la photo, beaucoup de sites utilisant mes images sont hyper-partisans et trompeurs sur ce qui s'est déroulé [à un événement]; mon nom peut donc se retrouver lié à ces sites et cela n'aiderait sûrement pas ma carrière. »

Vous ne pouvez pas tout tatouer

Comme vous le savez, il y a très peu de chances que toutes vos photos affichées sur Internet aient préalablement été tatouées. Lorsqu'un photographe marque une photo avec un avis de droits d'auteur, la plupart du temps il s'agit de sa propre photo destinée à être publiée sur son propre site et médias sociaux. Mais qu'en est-il des différentes versions livrées aux clients ? Il est rare qu'un client qui paie laisse un crédit ou le tatou d'un photographe sur leurs produits en haute résolution. Ainsi, alors que vous pouvez tatouer numériquement une petite photo sur votre page Facebook, un client qui a payé vos droits peut utiliser la photo sans tatouage sur sa propre page Facebook. Face à de tels risques très probables, nous sommes en droit de nous demander : Le tatouage en vaut-il la peine?

En fin de compte, la décision d'ajouter ou non un tatouage numérique appartient à chaque photographe. Il s'agit peut-être d'une approche archaïque, comme celle du photographe d'aventures et de sports de plein air Jay Goodrich, qui est parvenu a atteindre le parfait équilibre.

« Je mets un tatouage numérique sur le plus de photos possibles. Je n'en ajoute pas sur les photos de mon site portfolio, parce que je veux que tout client potentiel ait une vision claire de mon travail, je fais des photos tatouées sur des sites de magasins, d'actions boursières, ainsi que sur tout ce qui sera affiché sur les réseaux sociaux. »

Produits en vedette dans cet article
By