Close

Bienvenue à Universe

Maîtriser le désordre

Maîtriser le désordre

Maîtriser le désordre

Divine Radiance, Upper Antelope Canyon
α7R de Sony | FE 24-70 mm f/4 de Sony | 1/3 sec. à f/11; ISO 400

La semaine dernière, je me suis joint (et j’ai contribué) à la mêlée en côte à côte dans la partie supérieure du canyon Antelope. J’aide Don Smith avec son atelier dans le nord de l’Arizona tous les ans, et ce, depuis près de dix ans (j’ai perdu le compte). Bien que je ne me lasse jamais du pouvoir extraordinaire de la lumière radieuse et rebondissante du soleil, comme pour la plupart des beaux emplacements facilement accessibles, il est difficile de distinguer la beauté du canyon Antelope de son désordre.


Le désordre de la partie supérieure du canyon Antelope est multiplié par les parois de grès restreintes et tordues qui contiennent, reflètent, amplifient et étendent tous les sons le long du canyon, et rend impossible de se déplacer sans esquiver, brosser ou bousculer un autre être humain. C’est le pire cauchemar d’un claustrophobe : même les gens qui n’ont jamais été claustrophobes trouvent cette expérience troublante.

C’est dans ces environnements que j’apprécie le plus la perspective limitée d’un appareil photo immobile, ainsi que sa capacité à isoler l’essence d’une scène et à la séparer de toutes les distractions sensorielles. Bien que l’expérience de la partie supérieure du canyon Antelope soit difficile, je peux explorer mes images plus tard et me souvenir seulement des meilleurs éléments survenus là-bas. Le bruit et la congestion, les trépieds et les flashs d’appareils photo, ainsi que l’ensemble des distractions et de l’anxiété concomitantes disparaissent. Il me reste des courbes gracieuses dans des grès stratifiés polis par l’eau, le vent et le temps, et l’éclat céleste de la lumière du soleil.

À propos de cette image

Bien que nous dirigions l’atelier de groupe, Don et moi devons consulter notre guide Navajo lorsque nous sommes dans le canyon, ce qui signifie que nous ne pouvons pas enseigner. Essentiellement, nous devons tâcher de ne pas entraver la route de personne. Bien que nous surveillions le groupe pour veiller à ce que personne ne manque d’occasions, la majorité de notre temps est passé à demeurer à l’arrière en attendant les clichés principaux; nous n’obtenons qu’une chance de photographier s’il reste du temps lorsque tout le monde a fini. Cela s’est avéré être un bienfait pour moi, car cela m’a obligé à trouver mes propres choses, surtout les sujets se situant sur les murs au-dessus de la tête de tout le monde, ou même au plafond.

Ici, j’ai capturé l’image du plafond en braquant l’appareil directement vers le haut, en attendant que le groupe finisse de photographier un rayon de soleil un peu plus loin dans le canyon. Dans les limites étroites d’un canyon en fente bondé, s’accroupir pour regarder dans un viseur, ou s’étendre pour aller sous l’appareil photo n’est pas pratique. C’est dans ces situations peu commodes que j’ai tiré une véritable appréciation des écrans ACL orientables sans miroir de Sony, qui rendent la capture de scènes dirigées vers le haut aussi facile que de jeter un coup d’œil à un cellulaire.

Un autre avantage de la composition orientée vers le haut, c’est qu’il n’existe pas de haut, de bas, de gauche, ni de droite. En tournant l’appareil photo sur le trépied, j’étais en mesure de tourner l’ouverture supérieure en diagonale. Je trouvais cela plus percutant de le diriger à l’horizontale ou à la verticale. En fait, lorsque j’assurais le traitement de cette image, j’ai décidé d’inverser le haut et le bas de celle-ci, ce qui a produit une orientation qui n’est d’aucune façon différente que si j’avais plutôt tourné mon appareil photo à 180 degrés au moment de la capture (tentez d’effectuer cela avec des images traditionnelles, droit devant vous).

Enfin, je dois mentionner un point par rapport à la gamme dynamique de l’α7R. La différence entre les lumières les plus fortes et les ombres les plus sombres dans cette scène allait au-delà de ce que j’avais tenté avec mon 5D Mark III de Canon. Bien que mon histogramme m’indiquait que j’avais obtenu la gamme complète de tons, je n’étais pas entièrement convaincu jusqu’à ce que je l’obtienne véritablement sur mon ordinateur, en diminuant les lumières, en augmentant les ombres et en regardant attentivement.

Source: Gary Hart Photography
By