Close

Bienvenue à Universe

Macrothérapie – L’amour existe encore

Macrothérapie – L’amour existe encore

Macrothérapie – L’amour existe encore

Dans le domaine de la photographie, il y a très peu de choses qui peuvent être plus reposantes que la macrophotographie dans la nature. La nature lente de la macrophotographie est en quelque sorte reposante. Elle n’est pas propice à la photographie rapide ni aux mouvements vifs. Au contraire, la macrophotographie s’effondre souvent si vous n’êtes pas entièrement présents dans le moment. La macrophotographie comporte également une touche de magie. Vous ne savez jamais ce que vous allez obtenir du même ancien emplacement que vous avez déjà utilisé des douzaines de fois. Vous pourriez découvrir l’enroulement d’une nouvelle feuille, une coccinelle qui déciderait de s’arrêter pour une visite ou un bourgeon de fleur sur le point de s’ouvrir. La macrophotographie peut mettre en lumière les plus petits éléments et faire ressortir des détails que vous auriez manqués sans un peu d’efforts de votre part. Hier, j’ai reçu mon nouvel objectif 90 mm macro de Sony et je piaffais d’impatience en pensant à tout ce que je pourrais trouver de dissimulé près de la maison.

La relaxation ne s’arrête pas après la capture. Le traitement des images prises en macrophotographie peut créer une vie en soi. Une partie du plaisir est de constater le potentiel qui se cache dans les pixels d’une image. Cette image est le bourgeon d’une échinacée. Perdu parmi tous les autres bourgeons en pleine floraison, il attirait mon attention dans le petit jardin à l’extérieur de la fenêtre de ma cuisine. À première vue, le bourgeon vert n’était pas très intéressant. Sa couleur était uniforme et le schéma de triangles tordus couverts de petits contours velus n’était pas visible sans l’aide de mon objectif macro 90 mm.

Je pouvais toutefois y voir du potentiel. J’ai analysé de nombreuses options alors que j’expérimentais divers effets dans mes programmes de traitement. Le processus menant à la fin d’une image prise en macrophotographie m’apaise toujours. Je joue avec elle et je la range, puis je la travaille encore et encore. J’ai déclaré que l’image était terminée avec cette version :

Untitled

Mon humeur était quelque peu changeante; j’ai donc traité l’image au moyen d’une conversion riche en noir et blanc et d’un soupçon de grains. Les fichiers étaient très homogènes, mais je ressentais l’appel de mon petit bourgeon qui avait besoin de ressembler un peu plus à un film. Les lumières et les ombres se séparaient tandis que je m’amusais, et l’image résultante convenait au sujet et à mon humeur de l’époque. Il s’agit d’un petit enregistrement visuel de ma journée et je me suis sentie revigorée et détendue. N’oubliez pas d’essayer la macrophotographie si vous avez besoin d’une nouvelle façon de vivre la photographie!

Untitled

By