Close

Bienvenue à Universe

Gary Hart se lance au large avec son objectif 12-24 mm f/4G

Gary Hart se lance au large avec son objectif 12-24 mm f/4G

Gary Hart se lance au large avec son objectif 12-24 mm f/4G

Après des années de sécheresse, au printemps 2016, j'ai eu la chance de photographier la vallée de Yosemite lors des vraies inondations - rien de dévastateur, mais juste assez pour que la rivière Merced déborde de ses berges et crée des reflets là où les prés sont habituellement. Un tel emplacement était un endroit pas très loin de El Capitan, là où j'ai dû faire face au défi de prendre plus de photos que mon objectif 16-35 pourrait en prendre habituellement.

Photo de Gary Hart. El Capitan et la réflexion de Three Brothers, la rivière Merced, et Yosemite. Sony α7R II. Objectif Sony 12-24 mm f/4G à 12 mm. 1/25 s, f/8, ISO 100

Rassembler plusieurs cadrages était une option, mais comme je déteste faire ça, j'ai évidemment oublié cette option; mon plan était de prendre des photos au premier clic, (c'est mon problème, et je ne veux en aucun cas décourager les autres d'entrer dans le 21ème siècle). L'un des avantages de mon ''un clic'' auto-imposé est que je trouve souvent des compositions créatives que je pourrais avoir négligé si j'avais opté pour cette technique facile, mais cette journée-là, je voulais vraiment, vraiment photographier tout le paysage. Les dieux de la photographie me souriaient ce jour-là, alors que je dirigeais un atelier, un photographe m'a généreusement offert à me prêter son objectif Canon 11-24 f/4 (merci, Curt). Puisque j'avais en ma possession un adaptateur Metabones, je pouvais utiliser l'objectif Canon sur mon appareil Sony, j'ai sauté sur l'occasion, évidemment.

Ce fut un moment sublime pour moi, car même si je savais que la différence entre 11 mm et 16 mm est plus importante qu'il ne semble, je n'avais jamais vraiment comparé les deux options côte à côte. En remplaçant mon 16-35 par le 11-24 de Curt, tout à coup, j'ai eu toute la scène dans mon viseur, avec de la place à perdre. Non seulement cela, mais j'ai appris aussi que dès que j'ai mis les images sur mon moniteur que la lentille Canon était vraiment forte - j'étais amoureux. Sony Shooter ou pas, je suis rentré à la maison avec l'intention d'acheter une lentille Canon, et c'est devenu presque une très grosse erreur.

Ma décision de ne pas acheter l'objectif Canon 11-24 avait trois avantages : 1) c'était 3 000 $ d'économisé; 2) l'objectifs était tellement gros qu'il ne pourrait jamais trouver sa place dans mon sac de photographe; 3) on m'avait dit que Sony envisageait d'élargir leur gamme d'objectifs... je serais alors pris de regret si Sony décidait de lancer un objectif similaire peu de temps après que j'aie flambé les 3 000 $ dans un objectif qui pourrait devenir mon ancre de bateau. Bien que...

Imaginez mon soulagement lorsque Sony a réalisé mes fantasmes Canon en offrant un objectif ultra large ce printemps. Compte tenu que j'avais la possibilité de tester l'objectif Sony 12-24 f/4 G avant même qu'il ne soit lancé sur le marché, je me suis immédiatement rendu à Yosemite où les inondations de la Merced était encore pire que celles de l'an dernier. En trouvant «mon» spot sous l'eau, j'ai cherché sur la berge à trouver des points de vue à proximité, et j'ai finalement pu retrouver la vue dont je vous parlais au début.

Il n'a pas été difficile de voir que le Sony 12-24 est tout aussi performant que le Canon 11-24. En plus, fini les adaptateurs pour l'utiliser avec mon Sony, et il pèse moins de la moitié de ce que le Canon pèse. J'ai commandé le 12-24 immédiatement et cette semaine, rempli d'attentes pour mon réaliser mon premier voyage avec lui.

Lorsque je me rends à une destination pour faire de la photo, j'apporte pratiquement tous les appareils photo que je possède, mais quand je dois prendre l'avion, je dois être un peu plus sélectif. Au fur et à mesure que je décidais de ce qu'il fallait apporter et ce qu'il fallait laisser de côté, non seulement je confirmais que le 12-24 ferait partie du voyage, mais je découvrais aussi que le nouvel objectif était petit et suffisamment compact pour occuper un espace minime et permanent dans mon sac photo.

Sony sans miroir pour plusieurs raisons - la qualité d'image est primordiale : la combinaison inégalée de résolution, de gamme dynamique et de sensibilité à la faible luminosité est exactement ce dont j'ai besoin pour la photographie de paysage. Et après quelques problèmes d'adaptation, j'en suis venu à aimer ce viseur électronique et ne pourrait jamais revenir au passé. Les objectifs de Sony sont aussi nets ou même plus nets que ceux de Canon, mais je ne pense pas que la compacité du verre f/4 de Sony soit reconnue pour leur capacité à offrir une telle qualité dans un boîtier aussi compact. Comment compact ? Ils sont assez petits pour se glisser dans une pochette de mon sac orienté vers le haut ou le bas (reposant sur une extrémité plutôt que sur un côté), ce qui me donne beaucoup plus de place pour plus d'équipement (et ce que le photographe n'aime pas plus de vitesse).

Voici ce qu'il y a dans mon sac photo (F-stop Tilopa) pour le voyage au Grand Canyon de cette semaine:

  • Sony α7R II
  • Sony α7S II
  • Sony α6300
  • Sony 12-24mm f/4 G
  • Sony 16-35mm f/4
  • Sony 24-70mm f/4
  • Sony 70-200mm f/4 G
  • Rokinon 24 f/1.4
  • Deux déclencheurs de lumières

C'est trois (!) appareils photos et cinq (!) objectifs, et il reste de la place pour encore plus de choses. Un vrai paradis pour un photographe.

Quelques mots sur la photographie grand-angle

Malgré le fait que le grand angle soit la réponse réflexe à la plupart des paysages par pratiquement tous les touristes qui utilisent un appareil photo, une bonne photographie grand angle n'est pas chose facile. De l'arrière-plan réduit à la distorsion de la perspective, les objectifs grand angle posent des problèmes qui peuvent être transformés en opportunités s'ils sont parfaitement compris. Je vais vous parler un autre jour de la photographie grand-angle, mais d'ici là, voici quelques conseils qui pourraient vous aider:

Placer un objet en avant-plan : Beaucoup de mes photos grand angle mettent le sujet principal en avant-plan et au centre, mais même lorsque la scène d'arrière-plan est mon sujet principal, j'essaie d'avoir un intérêt visuel en avant-plan. Regardez la série de photos ci-dessous et notez combien d'images ont un avant-plan vide (Indice : Il n'y en a pas beaucoup). Parfois, je peux inclure quelque chose d'aussi frappant qu'un reflet miroir ou des fleurs colorées, mais souvent mes avant-plans de grand angle sont aussi simples que des roches ou des feuilles à proximité. S'il n'y a rien à mes pieds et que je doive utiliser quelque chose de distant, je veux au moins que l'avant-plan de ma grande image soit rempli de quelque chose qui soit digne de l'espace qu'il occupe.

La distorsion de la perspective (inclinaison des lignes verticales) est minimisée lorsque l'objectif est au niveau : Installez sur votre appareil photo un objectif grand angle à sa plus grande distance focale, pointez-le sur une rangée d'arbres (ou d'autres lignes verticales qui bordent votre cadre) et inclinez-le de haut en bas en regardant à travers votre viseur. À quel point les arbres apparaissent-ils le plus droit ? Plus inclinés ? Vous savez maintenant tout.

Source: Pour en voir plus sur l'artisan de l'imagerie Sony Gary Hart consultez son blog Eloquent Nature
Produits en vedette dans cet article
By