Close

Bienvenue à Universe

Susciter l’émotion : L’artiste deSony, Andy Katz, surlaphotographie de vin, devoyages, de paysages etdepersonnes

Susciter l’émotion : L’artiste deSony, Andy Katz, surlaphotographie de vin, devoyages, de paysages etdepersonnes

Susciter l’émotion : L’artiste deSony, Andy Katz, surlaphotographie de vin, devoyages, de paysages etdepersonnes

Par William Sawalich

Andy Katz est un célèbre photographe mondial dans le domaine du style de vie et des vignobles rares. Voyageant autour du monde avec un appareil à la main, l’artiste prolifique et artiste de l’imagerie de Sony capture bien plus que les belles vignes de la Californie du Sud ou de Bordeaux en France. Les portraits de Katz des visages en Inde et ses chroniques sur la culture juive en voie de disparition en Europe de l’Est sont extraordinaires. Quand on s’est assis avec Andy pour aborder des sujets variés, on a appris que son désir de devenir photographe n’avait pas tant été suscité par les paysages grandioses que par les portraits en noir et blanc aux tons profonds.

UntitledAppareil photo Alpha α900 de Sony, objectif Vario-Sonnar T*24 à 70mm f/2.8 ZA SSM IIde Sony, 1/60e sec., f/4.5, ISO 320

Alpha Universe : J’ai appris que votre intérêt pour la photographie a commencé dans l’enfance, quand votre père vous a offert un livre de Yousuf Karsh. Pourquoi pensez-vous qu’il vous a tant transformé?

Andy Katz : L’unedes choses qui m’ont vraiment époustouflé à propos de ce livre, c’est l’aspect technique qui se trouve derrière. Karsh travaillait avec un 8 x 10et faisait des épreuves par contact. Ce livre a été imprimé de façon magnifique. J’étais passionné non seulement par l’image, mais par le ton. Incroyable : on pouvait toucher la peau de ces gens pour de vrai! C’était comme si une ampoule venait de s’allumer. Je l’ai vu et tout à coup, je me suis dit que c’est ce que je ferais! Vraiment fascinant. Heureusement parce que sinon j’aurais sûrement servi des frites au McDonald’s.

Alpha Universe : La précision technique est-elle importante pour vous? Évidemment, comme pour tout photographe qui respecte son art, mais...

Andy Katz : Je dois dire que de nos jours, c’est moins essentiel. Vous ne pouvez pas sous-exposer et ne pouvez certainement pas surexposer de trois lamelles, mais ce n’est pas comme travailler enKodachrome. Je travaillais surtout en noir et blanc et je travaillais presque image par image. J’avais une foutue calculatrice et c’est fou, tout ce que j’ai traversé. J’allais de la lumière à l’ombre, je mettais le
tout dans cet ordinateur et ça me donnait un chiffre qui me disait combien de temps ça prendrait à développer. Ça s’appelait le « Beyond the Zone System » par Phil Davis J’avais utilisé l’approche d’Ansel pendant longtemps puis j’ai rencontré Phil et ai vraiment aimé son système. Maintenant on peut faire des noirs et blancs remarquables, des couleurs extraordinaires et décider plus tard. Ça change du temps où les photographes prenaient des photos avec une pellicule en noir et blanc et se disaient « zut, j’adore les couleurs de cette image, mais je n’ai pas apporté mon troisième ». On vit la meilleure époque pour être photographe. La technologie est tellement formidable. Le fait que Sony ait pu créer cet appareil... c’est tout à fait possible, j’y crois! L’α7r2 est léger et a un capteur extraordinaire : vous pouvez faire une affiche 40 x 50 magnifique quine pèse rien. C’est un rêve devenu réalité.

UntitledAppareil photo α7R de Sony, objectif FE70 à 200mm f/4.0 G OSS de Sony, 1/200e sec., f/18, ISO 400

Alpha Universe : Est-ce que c’est le format compact de l’α7 qui vous a intrigué au début entant que photographe de voyage?

Andy Katz : Je ne comptais pas faire de la photo numérique jusqu’à ce qu’elle devienne plus performante que la pellicule. J’ai commencé à utiliser le 1Ds Mark II, et j’ai adoré. Puis Sony m’a approché pour utiliser les appareils de pointe Sony. Je me suis dit : « J’aimerais voir l’appareil d’abord, je ne veux pas représenter un produit non fiable ». J’ai choisi l’α900de Sony et je suis tombé amoureux. Maintenant, avec la gamme α7, Sony a fait un boulot extra, vraiment extra. Que ce soit au niveau du capteur et au niveau optique.

Alpha Universe : Avez-vous su immédiatement que ça allait vous changer la vie?

Andy Katz : Je travaille en solo. Je n’ai pas d’assistant et je voyage dans des régions éloignées. Je transporte un petit sac pour mon appareil avec très peu d’équipement et je suis ravi. Mes objectifs essentiels sont les 24 à 70, 16 à 35, 70 à 200et mon macro. J’ai aussi mis un convertisseur sur le70 à 400 pour une monture A. J’ai travaillé en portant l’appareil à la main à un 60e de seconde et il a donné un résultat avec un relief incroyable. Chaque pixel est de la taille d’une chaise, mais à la main à 400 mm... Jadis, on n’aurait jamais pu faire ça.Et si j’éteignais la stabilisation d’image, on ne reconnaissait même pas ce que je prenais en photo.

UntitledAppareil α7R de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE24 à 70mm f/4ZAOSS de Sony, 1/800e sec., f/11, ISO 640

Alpha Universe : Vous prenez de nombreux sujets en photo. Dur de résumer en une phrase. Comment décririez-vous ce que vous faites?

Andy Katz : Pas évident. Bien des gens se spécialisent dans un style de photographie en particulier. J’adore photographier des gens, je faisais des pochettes de disques, j’adore les paysages, ou les nus... Il y a tant de choses à photographier, j’adore l’idée dene pas me cloisonner. Je pense que si je devais décrire mon projet, je dirais qu’il s’agit de susciter l’émotion. Dès que je prends une photo, j’espère la retrouver sur le mur chez quelqu’un.Le plus beau compliment que j’ai jamais eu en photo, c’est : « j’ai acheté une photo de vous il y a dix ans, je la regarde encore avec la même émotion que quand je l’ai accrochée. » C’est ce qui me touche le plus. « Je veux vivre avec votre photo. » C’est le plus beau compliment qui soit.

Alpha Universe : Avez-vous déjà trouvé difficile de choisir des choses intéressantes à prendre en photo?

Andy Katz : J’ai beaucoup de chance. J’ai un métier que j’adore, et j’insiste sur le fait que je l’adore! Le Powerball s’élevait à 1,5 milliard $ simplement. Si je le gagnais, ma vie changerait peut-être de 1 %.Quand je voyagerais, ce serait en première au lieu du fond d’un bus. Et je séjournerais dans de plus beaux hôtels. Mais c’est tout, ça ne changerait pas grand-chose. J’adore ce que je fais, je connais ma chance de faire de ma passion mon métier, ce qui est très précieux de nos jours.

UntitledAppareil α7R II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE24 à 70mm f/4ZA OSS de Sony, 1/25e sec., f/8, ISO 1000

Alpha Universe : Dites-moi en plus sur la façon dont vous en êtes venu à photographier du vin, surtout en sachant que vous vivez à New York.

Andy Katz : J’ai été embauché par un restaurateur à Boulder, dans leColorado, où j’ai vécu 30 ans. Ce chef branché déménageait son restaurant de Boulder à Vail, et il voulait se baser sur le vin américain. Jusqu’à ce jour, il reste l’un des experts les plus savants en matière de vin que je connaisse. Il m’a demandé si j’étais intéressé par un voyage à Napa et Sonoma pour photographier des vignobles, pour ensuite « rentrer et faire du restaurant une galerie de photos de vignes. » J’ai répondu « Absolument! »

On est allés à Napa et Sonoma, et j’en ai découvert un peu plus sur le vin, juste un tout petit peu. J’aimais déjà en boire, mais c’était tout. En environ huit jours, il a fait de moi un amateur et m’a présenté de merveilleux vignobles et viniculteurs. Une fois que vous en apprenez plus sur le bon vin, vous êtes accro. Je suis rentré ravi de mes images et heureux d’en faire un portfolio. Je suis retourné le montrer à quelques endroits et à tout le monde avec qui j’avais travaillé, et j’ai tout de suite trouvé un travail. Ensuite j’ai rencontré Robert Mondavi, qui a accepté de faire une présentation de mon premier livre, « A Portrait of Napa and Sonoma ». C’était vraiment la première fois qu’un livre de photos combinait Napa et Sonoma. Une chose en entraînant une autre, j’ai eu plus de clients, Simon Schuster a vu le livre et m’a demandé d’en faire un sur la Toscane et sur la Bourgogne. À ce moment-là, j’étais tombé complètement amoureux du vin.

À cette époque, quand je voyageais, j’emmenais toujours mon fils. Il adorait ça. Il goûte le vin depuis son enfance. Maintenant, c’est un viticulteur célèbre. Il a fait le vin du mariage de Justin Timberlake et
Jessica Biel. Maintenant, on a notre propre étiquette. C’est à prendre avec un grain de sel, je suis son père donc je suis fier, mais c’est vrai qu’il est devenu une vraie vedette du vin. Je pense déménager à San Francisco dans les deux prochaines années.

Alpha Universe : Vous avez sorti un nouveau livre sur Bordeaux?

Andy Katz : C’est un ouvrage sur les meilleurs vignobles qui soient. La bouteille de vin moyenne varie probablement entre 800 et 1 200 €. Ce sont des propriétaires de longue tradition qui sont très humbles. Étant donné que plusieurs de mes autres livres ont été écrits par de célèbres viticulteurs, ça m’a permis de les rencontrer. Donc j’ai pris un avion pour Bordeaux avec mes photos sous le bras : un gros portfolio avec des affiches de20 x 24, j’ai rencontré les « big boss » de tous les gros noms et tout le monde m’a dit : « Allez, on est partants! ». C’est vraiment la première fois qu’un livre est écrit sur la culture de la vigne, « Club of 9 ». Le livre est terminé, il est en mise en page et sera publié sous peu.

UntitledAppareil α7R II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE16 à 35mm f/4ZA OSS de Sony, 1/60e sec., f/4, ISO 250

Alpha Universe : Existe-t-il des avantages ou des défis particuliers pour photographier les vignes?

Andy Katz : En général, les vignes font des paysages splendides. Aucun de mes livres n’a d’images de personnes en train de boire du vin, ni de bouteilles de vin; ce sont des ouvrages non commerciaux. Ce sont surtout des paysages. Dans certains cas, il y a des photos qui n’ont rien à voir avec le vin, mais ce sont des images des environs. Ça me donne beaucoup de liberté pour capturer tout ce qui appartient à la région. L’autre avantage, c’est que dans une région viticole, la gastronomie est toujours succulente. Et j’adore le bon vin et la bonne chère.

Alpha Universe : Cherchez-vous des paysages ou des portraits ou tout autre sujet en particulier ou les laissez-vous venir à vous?

Andy Katz : Excellente question, parce que peu importe ce que je prends en photo, j’ai un bouton qui dit : « J’aime ça. » Qu’il s’agisse d’un paysage ou d’un portrait, je suis toujours à la recherche d’images. Où que je sois, je recherche des images. On dirait que dans mon petit cerveau, quelque chose se déclenche d’un coup : ça m’a l’air intéressant. Qu’il s’agisse d’un paysage ou d’un visage intéressant, ou d’une personne qui a quelque chose derrière elle que je trouve qui pourrait donner une belle image... j’aime autant les portraits que les paysages. Je pense que les gens sont formidables à photographier. Je me sens très à l’aise avec les gens et je pense qu’eux se sentent à l’aise avec moi. Et je pense que c’est un gros avantage.

Alpha Universe : Est-ce difficile d’aborder un sujet quand il existe la barrière de la langue?

Andy Katz : J’ai élaboré une technique. En fait, je ne prends personne avec un objectif de 400 mm de l’autre côté de la rue. Ça irriterait trop les gens. Si je photographie quelqu’un, ils s’en rendent bien compte! Je n’essaie pas de les prendre en cachette, j’essaie d’interagir avec eux. Donc je m’approche d’eux avec mon appareil, et s’ils refusent d’être pris en photo, je baisse tout de suite l’appareil pour montrer que je suis respectueux. Je les salue de la main, et je pars. En général, les gens adorent être pris en photo.

Alpha Universe : Que se passe-t-il si vos plaisanteries ne les mettent pas à l’aise?

Andy Katz : Je continue à leur parler. Ils ne comprennent rien, mais je continue à leur parler. S’ils font exactement ce que je veux, je me tais. Sinon, et seulement s’ils le souhaitent, je les déplace un peu. Et si mon sujet est d’accord, je prends mes images et termine ma séance rapidement, ça peut prendre 30 secondes. Je mime par des gestes, je m’en sors plutôt bien avec les gestes en général, mais je suis nul en langues. Je leur mime pour leur demander de se déplacer vers un autre endroit et, s’ils le font, super! Si le sujet est d’accord, les pixels sont gratuits. Je les prends en photo aussi longtemps qu’ils acceptent et je repars.

UntitledAppareil α7R II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE16 à 35mm f/4ZA OSS de Sony, 1/20e sec., f/4, ISO 400

 

UntitledAppareil α7R II de Sony, zoom à téléobjectif 70 à 400mm f/4-5,6 G2de Sony, 1/320e sec., f/13, 1/1000

 

UntitledAppareil photo α7R de Sony, objectif FE70 à 200mm f/4,0 G OSS de Sony, 1/60e sec., f/6,3, ISO 4000

 

UntitledAppareil α7R II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE16 à 35mm f/4ZA OSS de Sony, 1/15e sec., f/10, ISO 200

 

UntitledAppareil α7R II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE16 à 35mm f/4ZA OSS de Sony, 1/60e sec., f/8, ISO 640

 

UntitledAppareil α7R II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE16 à 35mm f/4ZA OSS de Sony, 1/40e sec., f/10, ISO 320

UntitledAppareil α7R II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE16 à 35mm f/4ZA OSS de Sony, 1/100e sec., f/10, ISO 200

UntitledAppareil α7 II de Sony, objectif Vario-Tessar T*FE16 à 35mm f/4ZA OSS de Sony, 1/100e sec., f/16, ISO 400

Produits en vedette dans cet article
By