Close

Bienvenue à Universe

Le style hollywoodien des années 40

Le style hollywoodien des années 40

Le style hollywoodien des années 40

Les photos prises avec un éclairage continu ont un côté romantique. Je trouve que l’atmosphère maussade et silencieuse que cela crée me permet d’établir un meilleur contact avec mon sujet qu’une pièce remplie de blocs d’alimentation bruyants et de stroboscopes.

Le cinéma influence beaucoup mon travail visuel. Je regardais souvent des films en noir et blanc après l’école et cela m’a donné un certain goût pour ce style qui influence toujours mes choix visuels. Cette esthétique rétro a facilité ma transition vers les sources d’éclairage continu lorsque la vidéo DSLR a fait son apparition dans le monde de la photo.

Untitled

A7R de Sony, 55 mm 1.8 FE, ISO 800 1/125 F/4.0. Un Fiilex Q500 éclaire son corps à partir d’une position surélevée derrière elle, à gauche de l’appareil photo. Son visage est éclairé grâce à une carte réflectrice reflétant le Q500 et un P360 à son réglage le plus bas pour créer le reflet dans ses yeux.

Il y a de nombreuses options d’éclairage continu sur le marché à l’heure actuelle. Les HMI, panneaux à DEL de style « Light Brite », les éclairages au tungstène, les ampoules fluorescentes, etc. Je les ai pratiquement tous essayés et ils présentent tous des avantages et des inconvénients. Ma source d’éclairage idéale est une version DEL d’un éclairage tungstène qui émet une lumière douce et flatteuse pour tous les tons de la peau. Ces sources de lumière me permettent également d’augmenter les tons chaleureux ou plus froids, et ne dégagent pas de chaleur excessive.

Mon ami, Brent Siebenaler, m’a montré exactement ce que je recherchais lorsqu’il a apporté des prototypes d’éclairage Fiilex à DEL pour mon bureau. Il m’a fait essayer un ensemble de P360 et de Q500 avec une lentille de Fresnel en verre. La qualité de la lumière de ces DEL m’a rappelé le style d’éclairage hollywoodien des années 40. C’est ce qui m’a inspiré pour cette séance de photos et pour un séminaire de Samy’s Camera lors du festival de photo de Palm Springs.

Un représentant de Sony, Marcus Couvson, a contribué à ce test en me prêtant un A7R avec un objectif FE 1.8 de 55 mm, que j’ai essayé avec des éclairages Fiilex. Un seul regard dans le magnifique viseur électronique, et j’ai été séduit. La plage dynamique combinée à l’un des meilleurs objectifs jamais conçus a été déterminante. Cette séance de photos a été déterminante et m’a incitée à passer de mon Nex-7 de Sony à un A7R plein-cadre et à abandonner mon appareil DSLR.

Untitled

Ces deux photos sont inspirées de plateaux minimalistes avec des arrière-plans très sombres pris par des photographes tels qu’Hurrell dans les années 40. Une porte creuse a été peinte en gris foncé et utilisée pour ajouter de la profondeur à ce plateau en divisant les zones éclairées et sombres. Un Fiilex Q500 avec une lentille de Fresnel était la source de lumière principale placée au-dessus du modèle, à la droite de l’appareil photo. La façon dont l’ombre tombe sur le visage du modèle est importante lors de la prise de photos rétro. Cette installation est appelée « éclairage oblique » en raison de la forme de l’ombre du nez sur le visage du sujet. J’ai ajouté un éclairage P360 sur le réglage le plus bas pour créer un reflet dans les yeux du modèle, et ce, sans surpasser l’éclairage oblique.

Untitled

La qualité de la lumière de la lentille de Fresnel Q500 est crémeuse et magnifique, tout en maintenant un contraste suffisant et les détails de l’ombre.

Une fois mes réglages choisis dans Lightroom, j’ai nettoyé les meilleurs clichés dans Photoshop et je les ai passés dans Silver Efex Pro 2 pour effectuer une conversion en noir et blanc. Dans Silver EFX Pro, j’ai choisi le réglage Soft Sepia, ce qui a donné aux images un côté rétro et une certaine chaleur, et ce, sans dégrader les noirs riches.

Untitled

Le modèle Emily au festival de photo de Palm Springs. Prise avec un A7 de Sony et un objectif 3.5 MD de 135 mm de Minolta. ISO 800, 1/160e à F/3.5

J’ai pris la photo ci-dessus à mon séminaire lors du festival de photo de Palm Springs. Samy’s Camera organisait une formation près de son kiosque de vente dans une salle de conférence de l’hôtel Hyatt. J’ai abaissé la lumière du plafonnier afin que l’arrière-plan soit sombre et j’ai utilisé un P360 avec un volet de projecteur en hauteur et à gauche de l’appareil photo. Un P360 additionnel constituait l’éclairage principal juste au-dessus du visage du modèle, à gauche de l’appareil photo. Un réflecteur blanc remplissait l’éclairage principal pour adoucir les ombres pour une réflexion romantique.

J’ai utilisé une nouvelle fois l’A7R, mais cette fois-ci, mon objectif était un ancien objectif 3.5 MD de 135 mm de Minolta que j’avais acheté sur eBay pour 27 $. C’est un autre avantage d’un système d’appareil photo sans miroir. La flasque est moins profonde que sur les appareils photo 35 mm traditionnels sur lesquels vous devez faire de la place pour ouvrir un miroir lorsque vous activez l’obturateur. Pour utiliser d’autres objectifs sur les appareils photo de Sony, il vous suffit d’un adaptateur qui agit comme séparateur plaçant le plan focal dans la même position que s’il s’agissait d’un système d’appareil photo natif. L’adaptateur Fotodiox MD pour Sony coûtait 23 $ sur Amazon (presque autant que l’objectif). La mise au point manuelle est très simple sur le viseur électronique et se fait lorsque les bords sont entourés de rouge. Je fais la mise au point jusqu’à ce que les reflets dans les yeux deviennent rouges et c’est ensuite parfait.

Untitled

Objectif MD 3.5 de 135 mm de Minolta sur un A7II de Sony.

Source: Michael Britt Photo
By